Le commentaire du jour

Vendredi 15 mai 2020 : Jn 15, 12-17 Enregistrer au format PDF

Vendredi 15 mai 2020 — Dernier ajout jeudi 14 mai 2020
Retour Sommaire

L’amour un commandement ?

L’amour, un commandement ? C’est ce que nous dit le début comme la fin de ce passage de l’évangile de Jean.

L’amour ne serait donc pas un élan du cœur spontané ? Bien sûr que si, mais l’amour est exigeant aussi : aimer l’autre comme soi-même, nous aimer les uns les autres ce n’est pas tous les jours facile ! C’est de cet amour-là que parle Jésus, celui-là même qui unit le Père et le Fils dans une intimité qu’il nous fait le cadeau de partager.

Aujourd’hui je m’émerveille de cette intimité avec le Père, une intimité rêvée par tous les personnages bibliques, un privilège reçu par quelques uns comme Abraham et Moïse, et qu’il m’est donné de vivre si j’accepte l’amitié que m’offre Jésus. Une amitié si forte que l’amour qui en émane ne peut que rayonner sur l’amour de mon prochain.

Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Une parole souvent difficile à comprendre, mais pour laquelle Paul me donne la réponse : Lui qui n’a pas épargné son propre Fils, mais l’a livré pour nous, comment, avec son Fils ne nous donnerait-il pas tout ? (Ro 8, 32).

Retour Sommaire

Aimez-vous les uns les uns les autres comme je vous ai aimés 

L’Évangile de base des Disciples de Jésus… « un commandement » ? Non pas car Jésus ne nous appelle pas serviteurs mais ses amis… On ne commande pas à ses amis.

Cette Phrase à laquelle il faut ajouter aimez vos ennemis, car si vous n’aimez que ceux qui vous aiment, quel mérite avez vous, les païens font de même. Alors là le « challenge » change de dimension.

D ‘ailleurs soyons honnêtes, qui est capable de cela naturellement ? Même les saints ? Ça nécessite une force supérieure à notre volonté humaine. Laquelle ? Celle du Christ bien sur à travers son exemple, ses paroles , ses actes … Nos prières aussi, mais non pas celles seulement dites, ça s’est facile, mais celles accompagnées de gestes, de concrets envers « nos ennemis »… Ça c’est une autre affaire, mais c’est notre « affaire de chrétien »…

L’Amour, Aimer, mots mis tellement souvent à toutes les sauces qu’ils en perdent toute force et toute saveur.

Qui sont-ils donc nos ennemis qu’il nous faut « aimer » selon le Christ.
La période actuelle stressante et inquiétante nous déboussole… Nous perdons nos repères habituels :

  • aimer les clochards que l’on voit, seuls souvent à ne pas être confinés donc dangereux ?
  • aimer les émigrés dont nous avons peur car ils peuvent nous apporter des maladies, être terroriste et prendre nos emplois…ou plutôt ceux que nous ne voulons pas exercer… et qu’aujourd’hui nous sommes bien contents de trouver pour aller, par exemple, dans les champs et serres ramasser les légumes, fruits, et autres aliments que nous sommes bien heureux de trouver et qui seraient perdus autrement ?
  • aimer nos dirigeants nationaux ou locaux qui contraignent nos libertés et que nous « accusons » et même portons en justice car ils n’ont pas prévu l’imprévu et ni pris les bonnes décisions (que nous aurions prises bien sûr !) ?
  • et aimer notre voisin qui ne se soumet pas aux règles du confinement ou marche allègrement sur celles de l‘allègement ?

Aimer c’est d’abord respecter et accepter l’autre que l’on ne souhaite pas voir. C’est avoir beaucoup d’humilité, de responsabilité personnelle et éviter les jugements hâtifs et définitifs qui discréditent. C’est refuser de mettre de la haine dans nos propos et nos réactions et accepter l’autre avec ses idées et comportements et être honnête envers lui.

Aimer c’est aussi dire son opinion même contraire, discuter sans a priori pour créer un échange mutuel et responsable. Aimer c’est agir concrètement avec ses moyens pour que, par nous, la volonté de Dieu soit faite .

En un mot c’est voir en l’autre une femme et un homme libre et responsable. Jésus en quelque sorte…

Retour Sommaire