Le commentaire du jour

Vendredi 12 juin 2020 : 1 R 19, 9a.11-16 Enregistrer au format PDF

Vendredi 12 juin 2020 — Dernier ajout mardi 9 juin 2020

Élie vit une époque difficile politiquement et socialement : il est en opposition frontale avec Achab et Jézabel. Malgré la confrontation extraordinaire du Mont Carmel avec les prêtres de Baal, malgré l’arrivée, annoncée par Élie, de la fin de la sécheresse, Achab et Jézabel en veulent à sa vie. Élie doit s’enfuir.

Après 40 jours de marche, Élie trouve refuge sur le Mont Horeb, mais il demande à Dieu de lui retirer la vie : il est fatigué, découragé et se sent rejeté définitivement. Mais Yahvé l’invite : Sors et tiens-toi devant Yahvé. Car Il va passer. Mais Il ne vient pas dans l’ouragan, ni dans le tremblement de terre, ni dans le feu, (on dirait aujourd’hui : dans le bruit et la fureur) ; non Yahvé passe dans le murmure d’une brise légère. Et dans le dialogue qu’Élie a avec Dieu, il y retrouve force et courage pour reprendre sa mission.

Nous vivons aussi une période difficile. Les incertitudes quant à l’avenir de notre société nous taraudent peut-être. La période de confinement a laissé beaucoup de peurs et de craintes chez certains. Nos habitudes de chrétiens ont été bousculées. L’avenir de nos communautés paroissiales est bien incertain. Alors le découragement nous guette ; il y a de quoi déprimer !

Où est Dieu ? Pas dans le tumulte et le bruit de nos sociétés. Pas dans les déclarations tonitruantes. Dieu est dans l’intime de nos cœurs. Il est dans la méditation, la réflexion personnelle. La rencontre se fera dans le silence et l’apaisement.

Envoie-nous, Seigneur, ton Esprit d’intelligence et de sagesse, qui nous apportera la clairvoyance et le discernement. Apaise nos pensées, calme nos esprits. Et dis-nous ce que Tu attends de nous dans ce nouveau monde en gestation.

Pour mémoire, l’évangile du jour : Mt 5, 27-32