Le commentaire du jour

Samedi 9 mai 2020 : Jn 14, 7-14 Enregistrer au format PDF

Samedi 9 mai 2020 — Dernier ajout jeudi 7 mai 2020

En relisant ce texte, il me vient à l’esprit une expression du Père Jean-Noël Bezançon [1]Jésus, c’est tout son Père ! Entre le Père et le Fils, aucune différence, ni espace, ni distance mais une unité profonde.

Cette intimité s’est dévoilé peu à peu au regard des apôtres mais pas toujours avec évidence d’où l’attitude de Philippe si sincère. Pour moi aujourd’hui, cette intimité du Père et du Fils me fait dire Il est grand le mystère de la foi.

Jésus a accompli des œuvres pour permettre à ses apôtres et à nous aujourd’hui d’accueillir le Père et de nous unir à Lui : Jésus nous donne la main : Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais.

Oui, nos œuvres, nos gestes, mes gestes sont bien petits, bien simples, je n’en connais pas la portée mais je crois qu’ils touchent. Aujourd’hui tendre la main est devenu impossible, mais la main avec un bouquet, un sac rempli de courses prend tout son sens ; un sourire, une parole, les longs échanges téléphoniques tout cela je les lie à la fin de la prière eucharistique Par lui, avec lui et en lui l’action est possible en Jésus avec le Père.

Que tes œuvres sont belles !
Que tes œuvres sont grandes
Seigneur, Seigneur, tu nous combles de joie !

[1Dieu n’est pas bizarre, Bayard, 2011