Pâques au jardin 2013

Présentation de la 5e édition Enregistrer au format PDF

Jeudi 14 mars 2013 — Dernier ajout dimanche 11 février 2018
0 vote

Pâques au jardin nous réunis ce soir pour sa 5e édition dans l’église St-Pierre de Ploubezre. Ce rendez-vous annuel nous invite à changer de lieu.Eglise St-Pierre-St-Paul de Ploubezre -  voir en grand cette image

Le premier fut un jardin : celui du presbytère rue St-Yves à Lannion pour accueillir Marie-Madeleine, œuvre peinte par Christophe Rouil, sur un support qui servit d’autel pendant une douzaine d’années dans l’église St-Jean du Baly. Une cinquantaine de paroissiens engagés assortis de quelques amateurs d’art se présentèrent non sans curiosité.

Depuis lors nous visitons différentes églises des nombreux relais de notre paroisse et vous ne cessez d’être plus nombreux, ce qui conforte notre joie et notre envie de poursuivre l’aventure d’une année sur l’autre.

Une trentaine de bénévoles, participent à la réussite de cette soirée, ou bien assurent des permanences durant la semaine lors de laquelle les œuvres plastiques restent exposées ; qu’ils en soient tous vivement remerciés.

Cet événement nous le devons aussi, bien sûr, aux nombreux artistes musiciens et plasticiens qui depuis 2008 ont accepté d’y participer. Nous les assurons de notre pleine gratitude.

Emmanuelle Guigues

Emmanuelle Guigues joue de la viole de gambeCe 14 avril, nous accueillons Emmanuelle Guigues, violiste de gambe et Bernard San Miguel sculpteur de pierre.
Originaire de Lyon, Emmanuelle étudie la viole de Gambe au Conservatoire National de Région de Lyon, puis à la Schola Cantorum de Bâle avec Jordi Savall. _ Elle obtient le Diplôme de soliste en 1996 et se perfectionne auprès de Christophe Coin. Emmanuelle se produit au sein de divers ensembles dont La Symphonie du Marais, Le Concert d’Astrée, le Baroque Nomade,
De sa toute première rencontre avec la viole et son timbre unique, elle a gardé le goût de la sculpture sonore : elle pratique l’improvisation – comme un « autre dire » - en duo ou en trio avec chanteur et musiciens.
Emmanuelle s’intéresse également au répertoire contemporain et a joué avec des compositeurs tels que George Benjamin ou Claire Renard.

Elle cultive avec gourmandise les rencontres transversales avec le théâtre, le cinéma ou encore la danse. Emmanuelle enseigne la Viole de Gambe à l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne et au Conservatoire de Levallois- et parcourt le monde avec son instrument-

Bernard San Miguel

Benoît San Miguel -  voir en grand cette image
Benoît San Miguel

Bernard San Miguel, est né à l’île de Bréhat, Il suit une formation de tailleur de pierres, avant de devenir sculpteur et graveur à Trégueux.
Son travail a été récompensé par de nombreux prix, dont le « burin de bronze » au 3e festival international de sculpture à Ouistreham en 2001. Il réalise seul ou en collaboration avec d’autres artistes des œuvres monumentales, répondant à des commandes de particuliers ou de collectivités à travers l’Europe et jusqu’en Chine.
Bernard sculpte principalement : le schiste, le granite, et la dolérite.

Qu’est-ce que la dolérite ?
À l’origine, c’est une roche en fusion, un matériau plastique et chaud : appelé magma ! Ce magma, du centre de la terre sous l’action de la poussée d’Archimède entame un mouvement d’élévation et remonte dans un filon - une fissure formée dans une fente de l’écorce terrestre - Là débute une très longue période de nidification, le magma refroidit, se solidifie et se laisse altérer par l’eau qui s’infiltre et circule au sein du filon. Il faut encore attendre des siècles, le passage de saisons succédant aux saisons, une nouvelle période de latence, afin d’advenir et de naître au regard par l’action, cette fois, d’éléments venus du ciel, des pluies, des vents pour que la terre sorte définitivement de ses entrailles la dolérite.

Ce mouvement d’élévation amorcé 3 millions d’années plus tôt, ne demande qu’à se poursuivre encore.
Il faut cette fois une âme contemplative, un regard attentif à tout ce qui nous entoure, un regard averti qui cherche et qui découvre. Un regard d’artiste.
Le temps s’écoule encore. Le sculpteur appréhende l’objet, se laisse saisir tout entier par la forme en devenir, imagine ;
Attente féconde qui le prépare à accueillir, à « recevoir l’inspiration » -

Puis vient le moment attendu du corps à corps avec le matériau.
La masse s’épure, s’élève à force de travail ardu, inscrit dans le temps, de doutes et de moments de joie pour devenir œuvre d’art.

En 1999, dans une longue lettre adressée aux artistes, le Pape Jean-Paul II citait un extrait de la constitution pastorale Gaudium et spes, dans laquelle les Pères conciliaires saluaient les artistes en leur lançant un appel en ces termes :

« Ce monde dans lequel nous vivons a besoin de beauté pour ne pas sombrer dans la désespérance. La beauté, comme la vérité, c’est ce qui met la joie au cœur des hommes, c’est ce fruit précieux qui résiste à l’usure du temps, qui unit les générations et les fait communiquer dans l’admiration. »

C’est bien dans cet esprit que Pâques au jardin s’inscrit.
Permettre le dialogue de l’art et de la spiritualité, s’est rendre un hommage à la création et aux talents inspirés des artistes, animés par un désir de communion dans leur quête de réponses aux questions du sens profond des choses et une recherche du beau.

Tel le magma devenant dolérite, dans un mouvement d’élévation.
Telle l’inspiration qui trace son chemin dans l’esprit de l’artiste.
Puissent nos sens et nos intelligences se réjouir alors, à l’écoute des pièces musicales, interprétées par Emmanuelle, se nourrir de la contemplation des œuvres de pierre de Bernard qui s’élèvent et nous entraînent « en partance » « au plus près ».
Enfin, Que nos sens et nos intelligences s’ouvrent à la méditation d’une belle page de l’Ancien Testament que nous propose ce soir Laurent Le Boulc’h, curé de notre paroisse.

Cette soirée s’achèvera autour du traditionnel pot de l’amitié.
Les sculptures seront visibles tout au long de la semaine de 10h à midi et de 15h à 18h.
Bernard va maintenant prendre la parole pour nous dire quelques mots.

Merci de votre présence à toutes et à tous. Bonne soirée.