Le commentaire du jour

Mercredi 29 avril 2020 : Mt 11, 25-30 Enregistrer au format PDF

Mercredi 29 avril 2020 — Dernier ajout mardi 28 avril 2020

Heureux ceux qui sont « tout-petits » ! Petits en taille ? Plutôt petits au cœur, les sans-voix, les humbles. En lisant cet évangile, je me suis rappelé ce passage de Saint-Paul : Ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour couvrir de confusion ce qui est fort ! (Cor 1, 27) Oui, Dieu se révèle dans l’impuissance, la folie, la pauvreté et l’humilité. L’humilité, comme Jésus : Je suis doux et humble de cœur.

Personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler, c’est un peu « tel père, tel fils », ils se connaissent entre eux. Sauf que Jésus vient « révéler » le Père. Il s’ouvre, nous laissant libre de s’ouvrir à lui, il ne s’impose pas mais se propose, venez à moi….

Qui, aujourd’hui, ne semble pas peiner sous le poids d’un fardeau ?
Mais, Jésus n’en reste pas à ce fardeau. Il console et repose. Sa Parole est une invitation à venir vers lui, à le suivre ! Devenir ses disciples, en choisissant de se faire petit, avec nos difficultés, nos jougs certes, mais en restant proche de son visage, de sa joue, pour témoigner d’espérance : Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau léger.