Le commentaire du jour

Mardi 23 juin 2020 : Mt 7, 6.12-14 Enregistrer au format PDF

Mardi 23 juin 2020 — Dernier ajout lundi 22 juin 2020

Que ces paroles de Jésus sont dures, et difficiles à appréhender !

« Ne jetez pas vos perles aux pourceaux, de peur qu’ils ne les piétinent »
C’est tellement contraire à ce que nous avons entendu ce dimanche « ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez le sur les toits »…

Et « mais elle est étroite la porte, il est resserré le chemin qui conduit à la vie »
Nous savons bien que des avenues s’ouvrent à ceux qui cherchent à s’enrichir coûte que coûte, même avec corruption, ou pour ceux qui veulent paraître aux yeux des hommes et n’hésitent pas à abuser de pouvoir, y compris dans les associations ou l’Eglise, ou ceux qui vivent des dérèglements sexuels … Et au-delà de ces exemples, ces avenues de perdition sont multiples.

Jésus ajoute « et ils sont peu nombreux ceux qui le trouvent (ce chemin qui mène à la vie) »
Moi qui nourrissais l’espérance que tout homme serait sauvé, que l’infinie miséricorde du Père irait bien au-delà de nos manques d’amour…

Il est fréquent que les paroles de Jésus perturbent notre façon de raisonner, nous interpellent, et nous devons contempler les faits et gestes de Jésus pour entendre certaines de ses paroles : Il a écouté la femme cananéenne, et entendu sa foi ; il a interpellé le jeune homme riche attaché à ses richesses ; il a chassé les vendeurs du temple avec colère ; il s’est tu devant la femme adultère condamnée par la loi. Dans toutes ces rencontres, Jésus pardonne et redonne vie.

Et il ajoute « tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux  »
Là je comprends aisément, c’est évident. Et pourtant, en relisant ma journée, je peux voir que j’ai agi en blessant l’un, en imposant mon point de vue sans écouter, en m’énervant sans raison, en laissant dire (et me taisant) des idées fausses sur Dieu et ma foi, en…

Seigneur, je te demande la grâce de reconnaître mes manques quotidiens d’amour et de t’en demander pardon.