Le commentaire du jour

Mardi 21 avril 2020 : Jn 3, 7b-15 Enregistrer au format PDF

Mardi 21 avril 2020 — Dernier ajout lundi 20 avril 2020

Nous pourrions tout à faire reprendre à notre compte la question que posait hier Nicodème à Jésus : comment renaître quand on est vieux ?.

Le temps pascal est le temps privilégié pour approfondir le sens du baptême : cette plongée dans la mort et la résurrection de Jésus, cette nouvelle naissance.

Alors même que l’épidémie a contraint de repousser la célébration des baptêmes des nouveau appelés, ce texte nous invite à revenir sur le sens de notre baptême à tous. Que nous soyons jeunes ou vieux en âge ou en temps d’appartenance à l’Église, notre baptême est toujours une nouvelle naissance à réactualiser. En osant dire non pas « j’ai été baptisé » mais  je suis baptisé, nous répondons à la question de Nicodème,  comment renaître quand on est vieux ?.

Cette nouvelle naissance pour Jésus est une naissance « d’en haut », une œuvre de Dieu, dont le souffle est comme le vent, on ne sait pas d’où il vient, ni où il va.

En affirmant à Nicodème que Nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme, Jésus dessine le chemin qu’il offre : passer avec lui de la mort à la vie, pour une nouvelle naissance, par le baptême !