Le commentaire du jour

Mardi 16 juin 2020 : Mt 5, 43-48 Enregistrer au format PDF

Mardi 16 juin 2020 — Dernier ajout lundi 15 juin 2020

Jésus termine son rappel de la loi donnée au peuple d’Israël par le commandement de l’amour : Tu aimeras ton prochain. Et de nouveau, il nous appelle à nous dépasser jusqu’à aimer nos ennemis et prier pour ceux qui nous persécutent. N’oublions pas que l’évangéliste Matthieu s’adresse à une communauté chrétienne issue du judaïsme, une communauté en butte aux persécutions (souvenons-nous de Saül…). Des chrétiens dans le monde sont encore persécutés aujourd’hui, ce qui n’est pas le cas en France. Mais nous pouvons nous demander chacun personnellement qui sont « mes ennemis » ? Le mot est sans doute fort. Mais « l’ennemi », c’est peut-être tel ou tel avec qui je suis en désaccord, qui ne pense pas comme moi, qui s’oppose à mes projets, voire qui se moque de ce que je crois, de ce que je pense, de mes choix de vie, dans ma famille, mon entourage professionnel, ma paroisse, mon voisinage…

Comment dès lors dépasser mes difficultés à aimer ? En tournant mon regard vers le Christ, reflet du visage du Père, en nous abandonnant entre les bras de ce Père qui  fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et les injustes. Cette phrase située au cœur de l’évangile de ce jour nous révèle le CŒUR de Dieu : son amour miséricordieux envers tout Homme sans distinction. Alors en refusant d’appliquer la loi parce qu’elle est la loi par obligation mais dans la liberté de l’amour et du don, en choisissant d’être chrétien par amour et non par tradition, en nous engageant dans telle association, tel service d’Eglise par amour et non pour nous glorifier nous-même, nous serons parfaits comme notre Père céleste est parfait. Et cette perfection, nous ne l’aurons pas gagnée à la force de nos poignets ; nous l’aurons reçue de Dieu lui-même.

Quel dépassement ! Ce chemin de bonheur, ce chemin de sainteté tracé par les Béatitudes nous conduits à êtres fils et filles de Dieu, à être parfaits comme Dieu, c’est-à-dire remplis de son amour, un amour que nous sommes appelés à partager avec nos frères et sœurs en humanité, même les plus éloignés, même ceux qui ne pensent pas comme nous. Oui, Dieu nous invite à aller toujours plus loin avec Lui !