Mai 2019 : Visitations aux périphéries Enregistrer au format PDF

Mardi 30 avril 2019 — Dernier ajout mercredi 1er mai 2019

  Je devais avoir vingt ans et m’apprêtais à quitter Brest, ma ville, pour effectuer mon service national à Paris. Je ne savais pas encore que ce déplacement en engagerait bien d’autres… J’avais partagé mes craintes à un moine de Landévennec, frère Victor, qui m’avait invité à méditer le texte de la Visitation. Il a des choses à te révéler… Puis je suis parti, engageant ma vie durant deux ans au service des jeunes vivant dans les rues de la capitale. Il m’a fallu des années pour comprendre l’invitation du frère Victor et la faire mienne. La visitation a des choses à nous révéler …

C’est l’histoire de deux femmes. L’une est jeune, à peine plus jeune que moi à l’époque. L’autre est une vieille femme qui voit la vie lui offrir la joie d’une maternité dans son grand âge. Elles portent toutes deux un enfant, et la plus jeune vient visiter son aînée. « Bonjour Élisabeth ! – à ces mots de salutation, l’enfant tressaillit en elle. Alors Elisabeth fut remplie de l’Esprit Saint et s’écria d’une voix forte : “ Tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de tes entrailles est béni !” Voyez-vous la réaction en chaîne ? Une parole de salutation entraîne la réaction de l’enfant dans le sein de sa mère et provoque la venue de l’Esprit. Élisabeth prononce alors ces mots de bénédiction étonnants. Et Marie à son tour prend la parole pour proclamer… le Magnificat ! Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon sauveur !…

Lorsque je regarde, moi aussi, ce moment de ma vie où je m’étais « mis en route », comme Marie je rends grâce ! Le mois de mai nous donne l’occasion de « nous mettre en route » à notre tour ! De relais en relais tout d’abord, pour grandir dans la connaissance mutuelle et affermir les liens qui nous unissent. Il y a tant à apprendre de la rencontre, dans la diversité de ce qui constitue notre communauté, tant à recevoir !

Mais la rencontre a vocation à s’élargir au-delà de l’espace de notre tente ! Si vous visitez ceux qui vous visitent, quel mérite en tirez-vous ? Il y a tellement de « périphéries » chères au pape François auprès desquelles se laisser accueillir ! Nos anciens en EPAHD ; des SDF ou des réfugiés isolés ; des membres d’autres traditions religieuses, des artistes locaux… Mais attention ! Soyons prêts à la rencontre car alors… c’est Dieu qui passe !

Patrick Salaün Prêtre de la Mission de France