Le commentaire du jour

Lundi 29 juin 2020 : Jn 21, 15-19 Enregistrer au format PDF

Lundi 29 juin 2020 — Dernier ajout dimanche 28 juin 2020

En ce jour où nous fêtons l’apôtre Pierre, l’un des premiers à avoir tout quitté pour suivre Jésus, retentit pour nous aussi cette question :  Et vous, qui dites-vous que je suis ?

Nous ne pouvons nous contenter de nous appuyer sur les dires des autres, Au dire des hommes, qui est le Fils de l’Homme ? Pour les uns… Pour les autres…. C’est à une confession de foi personnelle que Jésus convie ses disciples et nous convie chacune et chacun. Il ne s’agit pas d’en rester aux apparences toutes extérieures, mais d’aller au cœur et de répondre avec le cœur, d’oser un « Je » s’adressant à un « Tu ». Faisons-nous nôtre la confession de foi de Pierre située au cœur de cet évangile,  Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. qui nous révèle l’être même de Jésus ?

Reconnaissons-nous que la foi est un don du Père comme nous le dit Jésus, offert à chacun dès lors qu’il se fait désir, accueil du Tout Autre qu’est Dieu ? Un don reçu en Église. Un oui à renouveler chaque jour. Comme toute histoire d’amour, la vie de foi n’est pas linéaire et notre oui est à redonner quotidiennement. La vie de Pierre en témoigne, lui qui, plus tard (voir le verset 22) reproche à Jésus d’évoquer sa mort prochaine, lui qui le reniera par trois fois. Mais malgré ses questions, ses incompréhensions, son reniement, Pierre reste un chercheur. Il s’abandonne au Christ avec confiance et se laisse aimer. Après la Pentecôte et le don de l’Esprit, il pourra alors, avec les autres disciples, affermir ses frères et guider l’Église naissante. Une Église, assemblée, peuple de frères et sœurs en Christ.

Gardons au cœur cette promesse de Jésus parlant de l’Église : et la puissance de la mort ne l’emportera pas sur elle. À une époque où l’Église est comme une barque secouée par les flots, où personnellement, comme d’autres, j’aspire à des changements profonds dans sa gouvernance et dans notre façon de « faire Église », n’oublions pas cette promesse, car l’Église - nous tous avec nos différents visages - est avant tout corps du Christ.