Éclairage

Le temps pascal : cinquante jours de Pâques à Pentecôte (suite) Enregistrer au format PDF

Mercredi 3 mai 2017 — Dernier ajout mardi 9 octobre 2018
0 vote

Un temps marqué par la fete et la louange

Plusieurs éléments propres à ce temps soulignent la dimension festive et joyeuse des cinquante jours du temps pascal :

  • Les vêtements liturgiques blancs, couleur de la résurrection ;
  • La présence du cierge pascal allumé et fleuri dans le chœur de l’église près de l’ambon, qui nous a été présenté comme « lumière du Christ » le soir de la veillée pascale ;
  • L’eau bénie lors de la Vigile pascale, symbolise l’eau du baptême. Le rite d’aspersion proposé pour le rite pénitentiel, tout en rappelant le péché qui détruit en nous la vie divine, ravive le don reçu au baptême ;
  • Le fleurissement ;
  • Le chant de l’Exultet nous a introduits dans la joie de Pâques en nous annonçant la fête d’entre les fêtes : Qu’exulte dans le ciel la joie des anges ! Tous, anges, terre, Église,se trouvent unis dans cette hymne de joie de la Résurrection ;
  • L’Alléluia, un cri de jubilation sans cesse répété ;
  • Le Gloria que l`on retrouve après quarante jours d’abstinence ;
  • Les chants joyeux qui nous invitent à accueillir et partager la joie de la Résurrection.
  • Malgré une apparente « disparition » du Christ, la liturgie de l`Ascension est très festive, pleine de louange et de jubilation. Elle annonce notre propre glorification : dans sa « remontée » Jésus nous entraîne à sa suite, vers son Père qui est désormais notre Père.

Des cendres au feu

Avec la fête de la Pentecôte se termine cette longue période du cycle liturgique commencé le Mercredi des Cendres.

Le jour de la Pentecôte nous réentendrons la première partie de l`évangile du 25 dimanche de Pâques (Jn 20, 19-23). Le cycle est achevé, ce qui a été entendu au début, est entendu à la fin, réalisant ainsi le lien entre Pâques et Pentecôte. La Révélation annoncée par Jean-Baptiste qui baptisait dans l’eau, est accomplie : Par Jésus ressuscité, nous recevons le baptême dans l’Esprit.

Nous avons célébré ce qui fait le cœur de la foi et du message chrétien : mort sur la Croix il est ressuscité, toujours vivant il nous fait le don de son Esprit. C’est le jour de l`avènement de l’Église, on éteint le cierge pascal : c’est désormais chaque baptisé qui est signe de la Résurrection et lumière pour le monde.

Le cierge pascal sera rallumé lors des célébrations dont la liturgie repose sur le mystère de Pâques : le baptême qui plonge le nouveau chrétien dans la mort et la résurrection du Christ, et les funérailles pour rappeler le lien du défunt au baptême et donc, sa résurrection.

Pendant quarante jours de préparation et cinquante jours de joie, soit quatre-vingt-dix jours de bain pascal, nous avons expérimenté ce qui caractérise la vie chrétienne : le dépouillement de nous-mêmes par la conversion et la grâce du renouveau. Photo Synode (bulletin) C’est aussi un peu de cet itinéraire que nous avons vécu pendant les deux années de réflexion synodale, c’est très certainement ce que nous allons avoir à vivre dans les résolutions que le Père évêque va nous donner dans le choix de l’Espérance que nous avons fait avec lui, et que nous célébrons ensemble ce dimanche 4 juin à Brézillet à Saint-Brieuc d’où il nous envoie en mission.

« Allez dans la paix du Christ ! »,
« Allez, vous êtes la lumière du monde »,
« Allez annoncer les merveilles de Dieu ! »

Article paru dans le n°377 de mai 2017 du bulletin D’une rive à l’autre.