Edito

Février 2016 : Le Carême, temps privilégié pour célébrer la Miséricorde (Archives) Enregistrer au format PDF

Lundi 1er février 2016 — Dernier ajout mardi 24 octobre 2017

En avril 2015, le Pape François publiait la Bulle Misericordiae Vultus, annonçant une Année sainte extraordinaire, un Jubilé pour toute l’Eglise, centré sur la Miséricorde. Ce Jubilé a été ouvert solennellement par le Pape à Rome le 8 décembre dernier, pour le 50e anniversaire de la conclusion du Concile Vatican II. Il veut permettre un engagement renouvelé de tous les chrétiens à témoigner avec plus d’enthousiasme et de conviction de leur foi, afin que l’Église soit toujours davantage le signe vivant de l’amour du Père dans le monde.

Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde  » (Mt 5, 7)
Le Pape met en avant cette béatitude, qui sera également le thème des JMJ à Cracovie en juillet 2016, pour souligner combien l’agir de Dieu doit imprégner notre agir chrétien, collectivement et personnellement. Il est déterminant pour l’Eglise et pour la crédibilité de son annonce de vivre et de témoigner elle-même de la miséricorde. Son langage et ses gestes doivent transmettre la miséricorde pour pénétrer le cœur des personnes et les inciter à retrouver le chemin du retour au Père (MV 12).

Les œuvres de miséricorde spirituelles et corporelles
Rappelant l’urgence d’aller aux « périphéries existentielles », le Pape invite très concrètement l’Église à se tourner vers les plus pauvres, qui sont les destinataires privilégiés de la miséricorde divine. En nous appuyant sur la prédication du Christ, redécouvrons les œuvres de miséricorde corporelles : donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts. Et n’oublions pas les œuvres de miséricorde spirituelles : conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts (MV 15).

Le Carême pour célébrer particulièrement la miséricorde de Dieu
À chacun de mettre à profit le temps du Carême pour vivre concrètement la miséricorde par les gestes de jeûne, de partage et de prière. Des propositions concrètes nous sont faites en ce sens en paroisse et dans le diocèse. Le Pape propose notamment pour le Carême 2016 une attention renouvelée de tous les chrétiens à la pratique du sacrement de Réconciliation, le remettant au centre puisqu’il donne à toucher de nos mains la grandeur de la miséricorde. Pour chaque pénitent, ce sera une source d’une véritable paix intérieure.