La chapelle Sainte-Thècle Enregistrer au format PDF

Mardi 9 décembre 2008 — Dernier ajout jeudi 14 février 2019

Originaire d’Icône en Cilicie, Thècle (fêtée le 24 septembre) se convertit et refuse de se marier, elle se consacre alors à la vie religieuse, ce qui provoque la colère de sa famille et la conduit au martyre.

Chapelle Ste-Thècle à Ploubezre
Chapelle Ste-Thècle à Ploubezre

S’il faut croire la longue gwerz de 37 couplets qui constitue le cantique du pardon, la grâce de Dieu lui a permis d’échapper au bûcher, puis aux taureaux qui devaient l’écarteler et même aux lions qui refusent de la dévorer. Plus vraisemblablement, elle aurait été décapitée, avec quatre autres religieuses, en 347 à Hazza (Irak actuel). Son culte s’est rapidement développé dans la partie orientale de l’Empire Romain. Elle est aussi vénérée à Chamalières (Puy de Dôme) qui possède des reliques de la sainte depuis le VIIe siècle.

La dévotion à Sainte Thècle a été amenée sur les rives du Léguer, au pied du site défensif de Coatfrec, par un ermite venant d’Italie. Les guerres (de Succession de Bretagne au XIVe siècle ou de la Ligue à la fin du XVI ème siècle ?) détruisirent ce premier lieu de culte et une chapelle fut rebâtie par un Seigneur de Locmaria, propriétaire de Coatfrec. (S’agit-il de Thibaud René, Comte de Kergariou Locmaria, né à Coatilliau le 17 septembre 1739 ?) Sainte Thècle est priée pour les paralysés ou les enfants qui tardent à marcher ; de nombreux miracles lui sont attribués.

Fête patronale : le 3e dimanche de septembre.