Éclairage

« L’art du partage » Enregistrer au format PDF

Lundi 3 septembre 2018 — Dernier ajout mardi 9 octobre 2018
0 vote

C’est le thème choisi pour la 35e édition des Journées Européennes du Patrimoine des 14 et 15 septembre 2018.

Façonné par le temps, notre patrimoine, qu’il soit familial, national, religieux, d’ordre matériel ou spirituel, est l’œuvre que nos pères nous ont léguée. Ces journées qui mettent en valeur notre passé, sont une bonne occasion pour nous arrêter et prendre du temps dans ce monde qui va de plus en plus vite, pour admirer les résultats des rêves et de la foi des bâtisseurs. « Cette édition 2018 nous donne l’occasion d’interroger ce qui nous rassemble, ce qui nous relie » dit Madame Nyssen, ministre de la culture, en présentant ces journées.

Tradition et modernité à Pleumeur-Bodou

Rassembler, relier, partager… Des verbes en lien avec le patrimoine ?

Le patrimoine nous rassemble sans doute parce qu’il nous dépasse et qu’une même émotion peut nous saisir devant la beauté d’une œuvre regardée ou écoutée.
Le patrimoine nous relie à ceux qui nous ont précédés et à ceux qui nous suivent : Héritage et transmission créent notre patrimoine. Que serait-il devenu s’il n’avait été entretenu et transmis ?
Le patrimoine se partage lors des héritages certes, mais aussi dans les transmissions qui sont faites de nos connaissances diverses dans tous les domaines. Pour information, cette année un Loto du Patrimoine va être organisé pour venir en aide à la restauration de 251 chefs d’œuvre en péril. Mais n’oublions pas aussi tous les bénévoles qui partagent de leur temps, de leur énergie, de leur argent, pour restaurer tant de sites et les faire découvrir avec passion.

Ces réflexions sur les Journées Européennes du Patrimoine, m’amènent tout naturellement à ce que nous vivons dans notre paroisse en cette rentrée. En effet, une page de l’héritage du passé se tourne… St Jean-du-Baly, St-Pierre de Pleumeur-Bodou et leurs relais vont devenir « Paroisse de la Bonne Nouvelle » !
Une page du futur s’ouvre…
Faut-il faire fi de ce passé ? Non, car nous savons tous et particulièrement les férus de généalogie, que comprendre le passé éclaire le futur.
Les paroisses sont aussi notre patrimoine, et pas seulement par leurs bâtiments. S’il est un patrimoine qui nous rassemble et nous relie en nous permettant le partage, c’est celui des pardons ! Bien plus qu’une tradition ou du folklore, ils disent notre attachement à notre terre et notre dévotion envers les saints que nous fêtons et auxquels nous demandons d’intercéder avec foi auprès de Dieu. La manière de les vivre comme celle de vivre nos célébrations, aura aussi sans doute à évoluer dans le partage de notre diversité et dans le sens de notre unité.

Comment allons-nous vivre notre héritage et notre transmission dans la paroisse de la Bonne Nouvelle ?

Pour nous qui sommes enracinés dans le passé de nos paroisses d’avant, il ne nous sera pas demandé d’agir en nostalgiques de ce que nous avons connu, mais de nous servir de notre expérience pour nous ouvrir à l’avenir en nous rassemblant, en nous reliant à _ Celui qui nous rassemble et en partageant ce que nous sommes et ce que nous devenons.
Partage de la prière, de la Parole, du Pain eucharistique…
Partage de nos compétences, de notre savoir, de notre temps…

N’est-ce pas l’Esprit-Saint qui souffle dans cet « art du partage » qui nous est proposé ?
Puissent ces Journée du Patrimoine, nous aider à donner du sens à ce que nous avons reçu et à ce que nous avons à transmettre !

« Le soutien de mon cœur, mon patrimoine, c’est Dieu pour toujours. »
Ps 73, 26

Article pari dans le n°390 de septembre 2018 du bulletin D’une rive à l’autre.