Éclairage

« Au commencement Dieu créa le ciel et la terre » (Gn 1,1)
« Au commencement était le Verbe » (Jn 1, 1)
« Au commencement » : les deux premiers mots de la Bible et de l’Évangile de Jean.
Deux versets qui nous parlent de Dieu présent de toute éternité et agissant en permanence.

Pour l’État elle est le symbole d’un pays à reconstruire, pour les catholiques, celle d’une Église qui va renaître de ses cendres. Les commentaires ne manquent pas à propos de Notre-Dame de Paris ravagée par un incendie ; chacun y va de son symbole, de son intuition, de son commentaire, de sa conviction ou de son espérance.

L’Évangile de la Visitation en Luc 1, 39-56 lu le 31 mai jour de la clôture du mois dit « de Marie ›, nous livre un évènement très simple : une visite et la rencontre de deux femmes. Qu’a-t-il donc de si extraordinaire ?

Une exposition, le tableau d’une guitare aux cordes éclatées, un titre : Allégria !

« Arriver comme mars en Carême »… Non ce n’est pas comme d’aucuns le pensent, « arriver comme un cheveu sur la soupe », au contraire ! Devant la méprise de cet adage, je ne résiste pas à l’envie d’en faire le titre de I’ « Éclairage »› de ce mois.

Quarante jours après Noël, nous célébrons le 2 février, « la Présentation du Seigneur au Temple » : Jésus va à la rencontre de son peuple. Chez les chrétiens d’0rient, cette fête est désignée comme la “Fête de la Rencontre".

À un mois d’intervalle, deux fêtes enveloppent celle de Noël comme un cadeau : la première le 6 décembre honore un évêque, saint Nicolas, la seconde le 6 janvier, des mages appelés aussi rois. Y aurait-il un lien entre ces fêtes ? Officiellement je ne le pense pas, mais après tout, pourquoi pas ?

Devant ma page blanche, l’inspiration tarde à venir pour le conte de Noël promis au comité de rédaction du bulletin paroissial.

Une humble pensée collée au dos d’une image de la Vierge, me ramène avec beaucoup d’émotion à une époque dont nous fêtons le centenaire en ce mois de novembre 2018. Cette pensée de 103 ans, me fut donnée par mon grand-père, elle date de avril 1915, et vient de la plaine d’Arras. Elle ne m’a jamais quittée.

Si les cloches font partie du paysage sonore en rythmant la vie de nos paroisses, si elles nous disent d’où vient le vent qi apporte pluie ou beau temps, elles ont avant tout pour mission la convocation des chrétiens pour la prière.

Articles : 0 | 10 | 20 | Tout afficher