Mardi 11 février 2014 — Dernier ajout samedi 4 novembre 2017

Sœur Mireille quitte Pleumeur-Bodou pour le midi Enregistrer au format PDF

« prière, paix et fraternité »
0 vote

« Pourtant nous n’avions pas peur pour nous … »

info document -  voir en grand cette image

Sœur Mireille, bien connue des paroissiens de Pleumeur-Bodou, est une « petite » sœur par sa silhouette, qui parait frêle et fragile, sa voix douce mais précise, et derrière cette discrétion se cache une grande âme.
Née à Saint-Maur-des-Fossés il y a 90 ans, Sœur Mireille a prononcé ses vœux de vie religieuse voilà 65 ans, en 1949, dans la congrégation des sœurs Orantes de l’Assomption.
Cette longue vie dans la prière et dans l’action l’a menée dans plusieurs Maisons de la congrégation, en France et en Argentine.

Dans ce pays d’Amérique du sud, tout a commencé en mai 1969, où, sœur Mireille a rejoint une Maison de la congrégation à quelques kilomètres de Buenos Aires dans un quartier ouvrier à forte majorité italienne.
Quelques années plus tard, elle part vers l’intérieur du pays avec une sœur argentine pour fonder une nouvelle Maison et apporter une présence religieuse toute simple dans ce lieu.
A cette époque la vie politique d’Argentine est marquée par la dictature militaire dont le régime fut responsable de la mort et de la disparition d’un grand nombre de personnes.
« Pourtant nous n’avions pas peur pour nous, nous étions là pour soutenir ces familles dont le mari venait d’être enlevé ou dont le fils avait à tout jamais disparu ».
Elles enseignent le français, la musique et la catéchèse aux enfants de ces familles : « J’ai beaucoup reçu de mes frères laïcs et j’ai été admirative de leur engagement dans l’Église »
En 1993, c’est le temps de la retraite, Sœur Mireille arrive à Pleumeur-Bodou.
Elle « entre » dans la vie paroissiale avec le désir « d’agir dans tout ce qui lui est possible ».
Elle participe au MCR, devient sacristine, témoigne dans les groupes de caté et elle mène une vie de prière dans l’adoration du Saint Sacrement.
Dans quelques semaines, sœur Mireille quittera sa Maison de Pleumeur-Bodou, « je rejoins mes sœurs aînées dans la Maison Flore d’Arc à Gemenos près d’Aubagne, je vais y retrouver sœur Marie-Antoinette. J’y vais avec espérance et confiance dans le Seigneur ».
Son idéal dans la vie communautaire et religieuse : « prière, paix et fraternité ».
Retrouvons-nous nombreux pour entourer sœur Mireille de notre amitié, dimanche 23 février à 10h30 dans l’église de Pleumeur-Bodou.

Propos recueillis par Brigitte Le Garlantézec.