Culture et foi 2012
Vendredi 10 août 2012 — Dernier ajout samedi 17 février 2018

Paul Claudel entre le Diable et le Bon Dieu Enregistrer au format PDF

0 vote

Résumé de la conférence donnée par Bernard Hue.

Bernard Hue
Bernard Hue

Tant par son œuvre que par sa vie, Claudel apparaît comme un personnage difficile à déchiffrer, ce qui n’empêche pas de nombreux critiques, thuriféraires parfois, contempteurs plus souvent, de voir en lui un homme tout d’une pièce : un croyant très proche de la sainteté, pour les uns ; un mauvais chrétiens, digne de malédiction pour les autres.

Claudel lui-même brosse un autoportrait dans lequel se retrouve cette dualité alliant l’image d’un pécheur osant aller jusqu’à la révolte contre Dieu et celle d’un conquérant, adversaire inconditionnel de Satan, chantre de la sainte Création, au point de faire de son œuvre une véritable célébration. Tenté par le sacerdoce, mais n’étant pas parvenu à se donner complètement à Dieu, il succombe à une autre tentation, celle de l’amour qu’il vit dans le péché (thème fondateur de Partage de midi et en grande partie du Soulier de satin). Tourmenté par une contradiction insurmontable, Claudel se sent cependant chargé d’une mission religieuse, persuadé que même le péché sert à glorifier le Créateur. « Je veux être un vainqueur », proclame le poète sans hésitation, malgré un partage dont sa vie durant il a été torturé.

Quelques photos de la conférence

(Photos de Jean-Marc Dubé)