Edito
Vendredi 27 octobre 2017

Novembre 2017 : Une sainte Église d’amateurs Enregistrer au format PDF

1 vote

En cet automne 2017, nous vivons les premiers pas de notre Église diocésaine dans la phase de réception du synode. Nous en sommes là, tous autant que nous sommes, dans les différentes paroisses de notre diocèse, à rechercher comment nous y prendre pour organiser une assemblée paroissiale, pour mettre en application les lois synodales, pour choisir quelles seront « nos » priorités.

Ce temps que nous vivons actuellement me fait penser au temps des commencements : premiers pas de l’enfant qui se risque à la station debout, gestes appliqués de l’apprenti imitant son maître de stage, initiative des premières communautés chrétiennes qu cherchent à vivre et à témoigner du Ressuscité, dans le souffle de la Pentecôte. Des pas d’abord hasardeux, qui gagnent progressivement en assurance pour prendre finalement le rythme de la marche d’un être vivant. Le Synode que nous venons de vivre nous a permis de nous replonger aux sources et de redécouvrir quelle est la mission de l’Église, quel est le sens de sa marche.

En prenant connaissance des Actes du Synode, nous ne sommes donc pas étonnés de trouver les mêmes orientations que dans la vie des premières communautés telles que nous les présentent les Actes des Apôtres (Ac 2, 42-47).

Entrer dans la réception du synode, c’est faire l’expérienœ à la fois inconfortable et enthousiasmante de l’Église toujours (re)commençante, toujours (re)naíssante. Aujourd’hui, nous avons à nouveau à entendre ces paroles que le Christ adresse à ses disciples pris dans la tempête : Confiance, c’est moi ! N’ayez pas peur ! (Mt 14, 27). Voilà la promesse sur laquelle nous pouvons nous appuyer pour nous tenir debout et aller vers ceux qui attendent encore cette révélation.

À l’approche de la grande fête de la Toussaint, je reprends cette prière prononcée après la communion dans la messe pour l’évangélisation des peuples : Que ce sacrement, Dieu très bon, fasse de nous des saints dans une Église toujours plus sainte…

En cette fête de la Toussaint, reprenons conscience de ce à quoi nous sommes appelés : être des saints dans une Église toujours plus sainte, non pas en vertu de nos mérites, mais parce que nous nous savons aimés d’un Dieu qui aime notre humanité. La sainteté n’est pas affaire de professionnels, mais d’amateurs qui cherchent à imiter leur Maître !