Éclairage
Lundi 5 décembre 2016 — Dernier ajout lundi 8 octobre 2018

Le mystère de l’Incarnation dans l’histoire du Salut Enregistrer au format PDF

0 vote

« Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! »

Et si nous prenions un peu de hauteur nous aussi, pour regarder ces temps forts que sont I’Avent et Noël, à la lumière du mystère pascal ?

ll est essentiel de ne pas isoler le mystère de l’lncarnation du reste de l’histoire du Salut. Celui que l`on célèbre à Noël est le mème Dieu trinitaire que celui de Pâques, de la Pentecôte ou du Christ-Roi. Même si le déploiement de l’année liturgique insiste sur tel ou tel aspect de la présence de Dieu à son peuple, il n’y a qu’une histoire du Salut.
Jusque vers 350, seul le dimanche « le jour du Seigneur », marquait le temps liturgique. Puis ce fut la fête de Pâques et la Semaine sainte, le Carême et le Temps pascal qui vinrent enrichir le calendrier liturgique. C’est seulement au 5€ siècle que la fête de Noël et le temps de I’Avent viendront le compléter. Gloire à Dieu

Si l’Église célèbre à Noël le Verbe fait chair, st Jean nous rappelle dans son prologue lu le jour de Noël, que déjà Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et Ie Verbe était Dieu.
Mais ce n’est pas tout ! Les chrétiens que nous sommes, attendent le retour du Christ en gloire à la fin des temps ! Cette venue nous est promise, nous y croyons, nous l’espérons et nous nous y préparons ! Ne le chantons-nous pas au cœur de chaque eucharistie au moment de l’anamnèse ? Nous proclamons ta mort Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection, nous attendons ta venue dans la gloire ! Le Seigneur est venu et reviendra, mais il vient sans cesse. C’est pourquoi le temps de I’Avent, s’il est un temps où l’on fait mémoire de la naissance die Jésus dans la chair, est surtout un temps où l’Église oriente nos regards vers la venue du Christ à la fin des temps.
Avent vient du mot latin adventus qui signifie venue, avènement, une venue du Christ dont la naissance à Bethléem était la première manifestation annonçant sa venue dans la gloire à la fin des temps.
Entre ces deux venues, nous avons à vivre la venue de Jésus dans notre vie au quotidien : « c’est Noël chaque jour » chantait John Littleton. Le temps de I’Avent est un temps privilégié pour nous stimuler et nous préparer à accueillir le Christ dans l’Espérance.
La réforme liturgique du concile Vatican ll a remis à l’honneur cette spiritualité en demandant que I’Avent ne soit pas considéré comme une période pénitentielle, mais comme un temps de préparation et d’attente des deux venues du Fils de Dieu, dans une atmosphère joyeuse et priante.

L’Avent est un temps d’attente, de conversion etd’espérance dit la constitution sur la liturgie au n°96.

C’est à cela que nous invitent les lectures des quatre dimanches de l’Avent, le premier de ces dimanches marquant l’entrée dans une nouvelle année liturgique. L’année 2016 est une année dite « A » que nous vivrons à l’écoute de l’évangile selon St Matthieu.

Les premières lectures sont toutes tirées du livre du prophète lsaïe qui annonce le Messie.

Les deuxièmes lectures, celles de la lettre aux Romains pour les dimanches 1, 2 et 4, et de la lettre de st Jean pour le 3e dimanche, montrent comment les prophéties ont été accomplies en Jésus.

Les psaumes sont tous des chants de louange qui rappellent la promesse de Dieu en lui demandant de hâter ce jour.

Les évangiles nous invitent à veiller (Mt 24, 37-44), à avoir une attente active (Mt 3, 1-12), à nous réjouir d’une joie pleine de confiance (Mt 11, 2-11), et à attendre avec Marie (Mt 1, 18-24).

Les oraisons, la préface, la bénédiction finale, sont orientées elles aussi vers l’espérance du retour du Christ.

La couleur violette des ornements liturgiques, si elle est signe d’attente et de conversion, rappelle aussi le mystère que nous célébrons, celui du Verbe fait chair. En effet, dans l’iconographie religieuse, le bleu est couleur de la divinité, le rouge celle de l’humanité, le violet est un mélange de bleu et de rouge.

lsaïe, Jean-Baptiste,Marie : trois modèles d’attente et de vigilance prêts à accueillir celui qui vient l

À leur suite l’Église nous demande de vivre cette attente en lien avec notre vie, avec l’actualité, mais aussi en étant à l’écoute de la Parole de Dieu.

Comment ?

Des temps de prière communautaire nous sont proposés parla paroisse au cours de veillées. Pour une prière personnelle, des retraites en ligne peuvent nous aider, celle des Dominicains, des fraternités de Jérusalem, Notre-Dame du Web…
http://vwwv.retraitedanslaville.org/
http://retraites-avec-jerusalem.cef.fr/
http://vwvw.ndweb.org

« Viens Seigneur, viens nous sauver ! » c’est un des leitmotivs des lectures de l’Avent. Que l’Avent réveille en chacun de nous « la petite fille Espérance venue au monde le jour de Noël » de Charles Péguy l

Article paru dans le n°377 de décembre 2016 du bulletin D’une rive à l’autre.