Mardi 9 décembre 2008 — Dernier ajout lundi 31 octobre 2016

L’église Saint-Zény Enregistrer au format PDF

0 vote

Eglise St-Zény, à Trézény La vie de Saint Zény ou Sezni (fêté le 19 septembre) a été longuement traitée par Albert Le Grand, dominicain de Morlaix qui a, au XVIIe siècle, recueilli et complété la tradition concernant tous les saints vénérés dans les paroisses bretonnes pour en enrichir sa prédication et relancer le culte des Saints, en conformité avec l’application du Concile de Trente.

Né en Irlande en 402, Sezni fut envoyé de bonne heure à l’école où il progressa beaucoup dans les lettres et la piété mais il résolut de quitter le monde et de se retirer dans une île. A 23 ans il part se perfectionner dans la connaissance de l’écriture sainte, à Rome, et y devient l’ami de Saint Patrice (Patrick). Le Pape Célestin ler leur confie la conversion de l’Hibernie (Irlande). Sezni réussit si bien dans sa mission que le Pape Sixte III érigea le monastère qu’il avait fondé en évêché. Après avoir achevé la conversion de l’Irlande, Sezni vint chercher le repos, à Pouluhen, dans la paroisse de Kerlouan. Puis il se rendit dans le lieu devenu Guic-Sezni (Guissény) où il bâtit un autre monastère et où il mourut très âgé [en 527 (!)]

La paroisse de Trézeny est mentionnée dès 1330 et dépendait de l’évêché de Théguier mais rien ne permet d’expliquer le lien entre le culte de Saint Zeny et cette localité du Trégor. A noter cependant que saint Sezni ou Zeny aurait donné son nom à Sithney au Pays de Galles et à Sydney en Australie, où vont se dérouler les prochains jeux olympiques !

Fête patronale : le 17 septembre